Tous au studio pour L’Odyssée Walden

“J’ai adoré ce projet, c’était trop cool ! Ce qui m’a plu le plus, c’est les onomatopées et écrire les partitions. J’ai appris à faire des rythmes différents que je ne savais pas faire et j’ai appris à faire plein de sons différents. La première fois qu’on s’est rencontrés, j’ai été très surpris quand j’ai vu tout ce matériel. Ça a été à la fois dur, drôle et amusant quand j’ai fait l’enregistrement ou quand j’ai imité les oiseaux. En tout cas, j’ai tout aimé.”
Élève de l’école primaire de Lescure

“J’ai trouvé ça super intéressant de voir l’envers du décor quand on enregistre quelque chose. C’était une autre approche du chant.”
Clara, membre du chœur adolescent du Conservatoire de Blagnac

“Ma première impression pendant la rencontre : j’étais surpris par cet instrument qui n’est que, au final, un balai et une boîte de conserve trouée. Je me suis tout de suite senti à l’aise car j’aime beaucoup les percussions.”
Malo, élève de la chorale du Collège Paul Eluard de Tarbes

“Les séances liées à l’Odyssée Walden, qui ont eu lieu au lycée comme au studio éole, leur ont permis de sortir de leur zone de confort, d’expérimenter et de repousser leurs limites. Pour certains, cela a constitué une véritable expérience, une aventure enrichissante, riche en découvertes et en étonnement.”
Caroline Vivès, professeure de musique au Lycée Saint-Sernin

“Ce que j’ai aimé, ce sont les rébus, quand on a fait les sons d’oiseaux, quand on imitait les crabes et le paresseux.”
Élève de CE2 du Conservatoire de Montpellier

“L’enregistrement par pupitre le 2ème jour, m’a paru plus ludique, avec ses imitations de chants d’oiseaux « au ralenti », ses étirements de voyelles et de consonnes (sur le souffle) « à la Stockhausen », avec le projet d’associer nos voix à celles des enfants ayant enregistré auparavant des « formules » plus rapides, que j’ai écoutées avec plaisir ! Je remercie Joël de nous avoir guidés tout au long de cette expérience ! Il me tarde de découvrir l’œuvre dans son entier le 16 juin 2022.”
Ghilaine, chanteuse alto chez Archipels

 

 

Des témoignages à la fois enthousiastes, surpris et reconnaissants !

 

Voici ce que L’Odyssée Walden, projet porté par les Éléments, Centre d’Art Vocal d’Occitanie, a pu susciter chez les 136 participants qui y ont pris part tout au long de l’année 2021-2022. En partenariat avec Odyssud Blagnac, Le Parvis, Scène nationale de Tarbes-Pyrénées, le Studio éole, le Conservatoire de Blagnac (31), le Conservatoire de Montpellier (34), le lycée Saint-Sernin de Toulouse (31), le collège Paul Eluard (65), l’école primaire de Lescure (09), ce projet est une véritable rencontre autour de l’art vocal contemporain. 

L’Odyssée Walden est un vaste projet englobant à la fois les interventions pédagogiques, les rencontres, les enregistrements, la composition et la création en concert. Guillaume Hermen, compositeur passionné par la transmission à la fois pédagogique et ludique auprès de publics divers, notamment les scolaires, a imaginé une œuvre mixte pour deux voix de femmes accompagnées par un dispositif électroacoustique. Pour ce projet vocal d’envergure, il a choisi de travailler autour de l’œuvre d’Henry David Thoreau Walden ou la vie dans les bois, fil rouge de ce défi réunissant 6 groupes différents issus de toute l’Occitanie et les artistes des Éléments. 

 

 

L’Odyssée Walden en quelques chiffres…

 

 

> 136 participants… au total, des acteurs d’horizons divers à travers toute l’Occitanie :

• 12 élèves de CE2/CM1/CM2 de l’école primaire de Lescure, encadrés par leur enseignante Romy Delbreil-Deblaize
• 33 élèves de la 6ème à la 3ème de la chorale du Collège Paul Eluard de Tarbes, dirigée par Géraldine Audoin
• 24 chanteurs de 12 à 21 ans du chœur adolescent du Conservatoire de Blagnac dirigé par Magali Bourdon
• 26 élèves de Terminale EDS Musique du Lycée Saint-Sernin à Toulouse, guidés par leur enseignante Caroline Vivès
• 22 élèves de CE2 de l’école Gambetta, CHAM vocale du Conservatoire de Montpellier dirigés par Caroline Comola et accompagnés de Noëlle Thibon-Gokelaere, professeure de chant choral et Yannis Ducreux-Delemarre, assistant en formation musicale
• 14 choristes amateurs d’Archipels, l’atelier vocal des Éléments sous la direction de Joël Suhubiette
• 2 chanteuses professionnelles des Éléments : Cécile Dibon-Lafarge et Corinne Bahuaud
• 1 chef de chœur : Joël Suhubiette
• 1 compositeur : Guillaume Hermen
• 1 ingénieur du son : Marin Bonazzi

> 169 heures de travail auprès des différents groupes dont 31 heures d’enregistrement ;

> 4 départements d’Occitanie concernés : Hautes-Pyrénées (Tarbes), Hérault (Montpellier), Haute-Garonne (Toulouse et Blagnac), Ariège (Lescure) 

> 15/20 minutes, la durée approximative de l’œuvre finale.

 

Pendant plusieurs mois, le compositeur a sillonné l’Occitanie afin d’enregistrer les différentes strates vocalisées de ce qui deviendra une œuvre originale mixte au sein de laquelle fusionnent musique vocale et univers électroacoustique.
Après cette étape préliminaire d’enregistrement des différentes voix, Guillaume Hermen se plonge dans un deuxième travail de longue haleine : le montage et le traitement des différents sons enregistrés, véritable cœur de l’écriture électroacoustique.
L’œuvre prendra pour la première fois sa forme définitive lors de la rencontre entre les deux chanteuses des Éléments et l’acousmonium, orchestre de 16 haut-parleurs disposés sur scène et dans le public qui permettent la spatialisation du son.
A l’issue des répétitions aura lieu la restitution durant laquelle les différents participants auront le plaisir d’entendre pour la première fois l’œuvre finale et de découvrir le travail et l’implication de chaque groupe dans le projet. “Ces différentes étapes rendent le projet encore plus attrayant car il n’est pas immédiat : le temps de la maturation est aussi celui de l’imagination, de l’attente, et du désir ! Nous avons donc tous hâte d’être en juin !” explique ainsi Caroline Vivès, professeure de musique au Lycée Saint-Sernin.

 

 

Des chants d’oiseaux… aux percussions insolites !

 

Perception, expression et invention, voici les 3 piliers des interventions pédagogiques de Guillaume Hermen pour un projet qui fait appel à des univers sonores et poétiques très vastes.

Après des exercices préliminaires autour d’œuvres contemporaines et des onomatopées, les élèves de l’école primaire de Lescure ont pu travailler autour des chants d’oiseaux et ceux de quatre espèces en particulier vivant à Walden : le rouge-gorge américain, la paruline à flancs marrons, le moineau chantant et la grive des bois. Le compositeur leur a fait écouter des fragments puis les a ralentis de quatre fois leur vitesse initiale afin qu’ils puissent s’adapter plus facilement à la voix humaine dans une tessiture beaucoup plus grave. Ensuite, les élèves ont pu dans un premier temps composer leur propre partition en apposant des mots extraits de l’œuvre de Thoreau selon les différentes courbes mélodiques et dans un second temps l’enregistrer en studio à l’aide de micros.

 

Pour les chanteurs de la chorale du Collège Paul Eluard à Tarbes, la découverte fut différente mais tout aussi amusante ! Le premier travail fut un travail de perception et d’interprétation improvisée sur le vif. Après l’écoute d’œuvres vocales contemporaines (Steve Reich, Stockhausen), les collégiens ont pu les interpréter librement à leur manière. Guillaume Hermen les a fait travailler sur des percussions fabriquées à partir de matériaux insolites : un balai et une boîte de conserve métallique. Chacun des rythmes et des sonorités inhérents aux mots du livre de Thoreau ont été retranscrits grâce aux percussions. Enfin, lors de l’enregistrement, ils se sont adonnés à un travail de diction de mots anglais extraits de Walden ou la vie dans les bois.

 

Les choristes du chœur adolescent du Conservatoire de Blagnac ont travaillé dans un premier temps sur des accords à 4 sons et des unissons à partir de fragments de l’œuvre de Thoreau. Puis, dans un second temps, ils ont créé et enregistré au studio éole des matières collectives sonores à partir des partitions réalisées par les élèves de Lescure.

 

 

Les Terminale EDS Musique du Lycée Saint-Sernin ont abordé le projet en deux temps. Un premier volet fut consacré à la recherche de sonorités et de timbres particuliers, dont ils n’avaient pas forcément coutume : des sons accidentés, suraigus, lisses… Le second temps fut un travail de composition avec leurs propres mots autour de fragments de l’œuvre de Thoreau. Tout cela fut ensuite enregistré de manière organisée et méthodique au studio éole.

 

Pour les élèves du Conservatoire de Montpellier, Guillaume Hermen a adopté une pédagogie ludique fondée sur le mime. Il a ainsi dirigé les enfants avec des gestes évoquant l’univers de Thoreau et mimant des boucles de mots issus du livre. Ces gestes, représentant par exemple la construction de la cabane de Thoreau (creuser la terre, tirer des planches) indiquaient aux enfants le rythme et la couleur vocale à suivre. Ils ont ainsi pu interpréter et enregistrer une chanson à deux voix sur des mots de Thoreau.

 

Enfin, ce fut au tour des chanteurs d’Archipels, l’atelier vocal des Éléments, de franchir les portes feutrées du studio éole de Blagnac sous la direction méticuleuse de Guillaume Hermen doublée des conseils avisés de Joël Suhubiette. L’enregistrement s’est déroulé en deux temps. Un premier volet purement vocal fut consacré à des chants d’accords complexes réunissant tous les pupitres : sopranos, altos, ténors et basses. Un second volet, cette fois-ci par pupitre, fut dédié à un travail autour des partitions d’oiseaux réalisées par les enfants de Lescure.

 

Chaque session d’enregistrement a été formatrice pour les participants à tous points de vue puisqu’ils ont eu la chance d’entrevoir, avec intérêt et curiosité, l’univers de l’enregistrement en studio et plus particulièrement le métier d’ingénieur son grâce à Marin Bonazzi qui était présent dans la cabine du studio éole à Blagnac.

Un projet qui, malgré les différentes contraintes qu’il impliquait, notamment celle de faire ensemble à distance, aura finalement pu voir le jour et susciter un vif intérêt et une émotion particulière chez chacun des participants. Nous attendons avec impatience de voir l’œuvre dans son entièreté !

Rendez-vous le 3 juin au Conservatoire de Montpellier et le 16 juin au Conservatoire de Blagnac pour les deux restitutions avec Guillaume Hermen, l’ensemble des participants, leurs parents, les professeurs ainsi que deux chanteuses des Éléments.

 

 


Guillaume Hermen

Fasciné par les artistes de génie qui ont bousculé le XXème siècle, Guillaume Hermen étudie la musique auprès de compositeurs tels que Bertrand Dubedout, Philippe Leroux, Luis Naón et Gérard Pesson. Diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en composition et en pédagogie musicale, il renouvelle son approche de ces 2 disciplines en se formant en 2020 à l’art du mime auprès d’Ivan Bacciochi. 

Envisageant la composition comme un véritable terrain de jeux où l’on s’amuse à déformer la perception du temps, Guillaume Hermen centre son langage musical sur la construction du rythme et l’imagination de dispositifs insolites où cohabitent interprètes et univers multimédia. 

Convaincu que les arts peuvent à la fois émouvoir, questionner, émanciper mais aussi répondre à des problèmes concrets de société, il développe également des projets artistiques tissant des liens vivants entre musiciens professionnels et publics non-initiés, effectue des résidences de création en établissement scolaire et conçoit des concerts éducatifs.

 


Studio éole

Depuis 1995, le studio éole développe ses activités dans le champ des musiques d’aujourd’hui et du multimédia, autour de trois axes : la création, la diffusion et la formation.
En résidence au sein de l’espace culturel Odyssud, éole se concentre autour des productions de ses deux directeurs artistiques, Pierre Jodlowski et Bertrand Dubedout, et produit des œuvres de jeunes compositeurs de la région toulousaine. Après avoir organisé le festival Novelum pendant 17 éditions de 1998 à 2015, éole a lancé le projet ByPass, un forum dédié à la création musicale internationale. Constituant principalement un lieu de création, le studio éole consiste également en une plate-forme technologique innovante.
Depuis 2011, éole a son propre label d’édition discographique et vidéographique : éole Records.


 

Les éléments, Centre d’Art Vocal Occitanie, remercient chaleureusement ses différents partenaires grâce auxquels ce projet choral d’envergure a pu voir le jour, notamment la Caisse des Dépôts, mécène principal.
Ce projet est porté par Les éléments, Centre d’Art Vocal pour la région Occitanie en partenariat avec Le Parvis, Scène nationale de Tarbes-Pyrénées, Odyssud Blagnac et le Studio Eole, avec le soutien d’Ardemus. 

La commande au compositeur Guillaume Hermen est une commande de l’Etat et la résidence 2021-2022 de Guillaume Hermen au sein du Centre d’Art Vocal est soutenue par la SACEM.

Le chœur de chambre les éléments est un ensemble conventionné par le Ministère de la Culture – Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Occitanie, par la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et par la Ville de Toulouse. En 2019, il a été reconnu Centre National d’Art Vocal pour la région Occitanie par le Ministère de la Culture.
Il est subventionné par le Conseil Départemental de la Haute-Garonne
La Fondation Bettencourt Schueller est mécène du Centre d’Art Vocal Occitanie.
Il est soutenu par la SACEM, la SPEDIDAM et la Maison de la Musique Contemporaine.
Les éléments sont membres de la FEVIS, du PROFEDIM, de Futurs Composés, du Bureau Export et d’ARVIVA.

 


Crédit photos : Les éléments